Accéder au contenu principal

Comment Dotter a permis la réalisation “éclair” d’une étude multicentrique pendant l’épidémie de Covid-19 ?

 Dans des situations d’urgence sanitaire telles que l’épidémie de coronavirus, il est parfois nécessaire d’aller vite pour permettre le lancement de protocoles de recherche clinique au bon moment. Retour sur la mise en place de notre solution Dotter.science en un temps record pour l’AP-HP en avril dernier, afin d’étudier les risques de développer une forme grave de Covid-19.

Quels étaient les objectifs de l’étude ?

Selon l’INSEE, le taux de mortalité le plus élevé en France lors de la première vague de coronavirus se trouvait dans le département de Seine-Saint-Denis, le plus pauvre du Grand Paris. Le Dr Lucile Sesé, pneumologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny (groupe AP-HP) a ainsi eu l’idée d’effectuer une étude permettant de déterminer l’impact du statut socio-économique des patients hospitalisés en raison de la Covid-19, en comparant différents secteurs géographiques. 

L’hypothèse de départ était que la situation précaire d’un individu pouvait être associée à une gravité initiale de la Covid-19 plus importante, et pourrait contribuer au taux de mortalité plus élevé observé dans les quartiers les plus précaires du Grand Paris. 

Les protocoles et ses résultats

Pour réaliser cette étude, les patients hospitalisés pour la Covid-19 ont été sélectionnés à l’hôpital universitaire Avicenne (Seine-Saint-Denis) et au sein des hôpitaux Beaujon et Ambroise Paré situés dans les Hauts-de-Seine, zone aisée du Grand Paris. Sur 190 patients sélectionnés, 112 ont pu être inclus dans l’étude (59%). L'objectif était de comparer les caractéristiques des patients entre ces deux districts.

L’étude a pu mettre en avant que les patients venant de Seine-Saint-Denis étaient en moyenne plus jeunes mais présentaient plus de comorbidités, comme le fait d’être en surpoids ou diabétique. Le statut socio-économique de ces patients était plus faible, avec des revenus moindres, une couverture santé moins importante et un niveau d’éducation moins élevé. La distribution de la gravité initiale était similaire dans les deux districts, bien que les patients issus de Seine-Saint-Denis aient en moyenne 10 ans de moins que les patients des Hauts-de-Seine (61,8 ± 14,0 contre 71,0 ± 17,1 ans, p= 0.002). 

Parmi les patients de moins de 70 ans (n=62), les facteurs prédictifs de la gravité initiale de la Covid-19 étaient l’âge, un score EPICES (permettant d’évaluer la précarité d’un individu) élevé, le fait d’être retraité ainsi que l’absence de couverture santé. En analyse multivariée, l’âge et le score EPICES étaient indépendamment associés à un risque de sévérité initiale accru. 

Comment cela s’est-il déroulé en pratique ? 

Dans cette situation de crise sanitaire, l’AP-HP souhaitait organiser cette étude multicentrique prospective le plus simplement et le plus rapidement possible, et c’est pour cette raison qu’ils ont décidé de faire confiance à Dotter.science. Suite à la transmission des éléments de recueil, l’étude est passée en production le 17 avril 2020, nécessitant moins de 3 jours pour la conception de l’eCRF avec l’intégration et le calcul automatisé du score EPICES, afin de permettre aux investigateurs de gagner du temps lors du recueil des données.

La phase de collecte auprès des patients a ensuite été effectuée en seulement 2 semaines avec 190 patients screenés sur les différents centres, et la base de données a pu être exportée le 30 avril 2020 pour analyse. Pour cela, les aspects responsive de Dotter ont été primordiaux, avec la possibilité pour les investigateurs de saisir les données depuis leurs smartphones. 


L’article scientifique du Dr Sesé a été soumis le 17 juillet 2020, soit 2 mois après la mise en production, et accepté dans une revue renommée dans le milieu, l’ERJ (European Respiratory Journal). Vous pouvez le retrouver ici

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des fonctionnalités améliorées pour une recherche clinique toujours plus efficace !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la version 2.6 de Dotter.science est désormais disponible   !   Cette nouvelle version met l'accent sur l'optimisation et la précision en introduisant de nouvelles fonctionnalités qui amélioreront votre travail et vous aideront à progresser dans vos recherches. Avec l’ajout de nombreuses nouveautés comme le filtrage des queries ou l’accès facilité à la documentation , Dotter.science vous offre une expérience de recherche clinique encore plus fluide et efficace. Que vous soyez un nouvel utilisateur ou un habitué de Dotter.science, nous sommes convaincus que ces améliorations vous aideront à réaliser vos études de manière plus performante. Nous sommes impatients de vous faire découvrir tout ce que cette nouvelle version peut vous offrir ! Voici un aperçu des nouvelles fonctionnalités que vous pouvez découvrir dès maintenant.   Une documentation toujours à portée de main Vous êtes un peu perdu ? Pas de panique ! Avec la nouvelle versio

Place à l’innovation avec l’ePRO !

Charge de travail trop importante pour mener efficacement vos études cliniques ? Les dossiers papier, c'est du passé ! L'ePRO sur Dotter.science, c'est la solution pour gagner du temps et de la productivité. Dites adieu aux questionnaires papier à resaisir et recevez les données de vos patients en temps réel, directement via la plateforme Dotter.science. La collecte de données à l'aide de questionnaires papier présente des limites en termes de précision, de délais et de suivi. En utilisant des technologies numériques telles que l'ePRO, vous pouvez surmonter ces inconvénients et améliorer considérablement l'efficacité de la gestion des données dans vos essais cliniques. Qu'est-ce que l'ePRO ? Traditionnellement, dans le domaine de la recherche clinique, il est courant de demander aux patients de remplir des questionnaires papier, par exemple, lors de leurs visites en centre ou par téléphone, afin de recueillir des données